Articles récents

Secteurs verts

acdno

Rapport Technique

Projet : Je travaillerai quand même

Région : Jendouba

  • Le projet
  • Contexte et justification

Depuis plusieurs années, le chômage bat son plein en Tunisie surtout parmi les diplômés du supérieur toutes sections confondues, ce qui montre que le modèle de développement humain, économique et social, adopté durant plus de deux décennies et les méthodologies sous-jacentes de prévision et de planification ont atteint leurs limites et le pays devient de plus en plus incapable d’absorber les ressortissants des universités. Presque 12000 diplômés chômeurs à Jendouba. Ce phénomène est aggravé par une culture révolue qui veut que les diplômes de l’université mènent d’office à la fonction publique et aux emplois de bureaux reconnus comme seuls emplois décents.

Dans ce cadre et conformément aux objectifs de l’appel à propositions de projets lancé par le PNUD, Le projet se propose d’aider à dépasser ces difficultés, un tant soit peu, par la positive en agissant sur le mental et en proposant des alternatives par la découverte aux jeunes diplômés de domaines nouveaux pouvant garantir un emploi décent et un revenu durable. L’étude d’expérience vécues dans d’autres régions renforcera la conviction des jeunes ciblés et les motive à tenter l’expérience de la réorientation et tirer profit des opportunités de formation à l’emploi et à l’au-emploi offertes par des mécanismes étatiques déjà existants.

  • Brève présentation du projet

Le projet ‘’Je travaillerai quand même’’ est un projet de sensibilisation et de formation qui vise les jeunes diplômés chômeurs des 9 délégations du gouvernorat de Jendouba. Il se décline en quatre parties :1- La première s’attaque au mental, au culturel et au sociologique dans le but  de sensibiliser le public cible à réfléchir à sa situation et explorer d’autres secteurs d’activités et à valoriser le travail 2- Comme conséquences de la première partie, on explore ici suivant les secteurs d’activités pouvant générer des emplois et des auto-emplois décents et durables dont les ‘’secteurs verts’’3- Le projet propose de dispenser une formation sur les emplois verts et les opportunités de formation offertes dans ce domaine.

Dans le souci de continuer et pérenniser ce travail, le projet vise la formation de 22 orienteursdans le domaine des emplois verts.

  • Nature de l’activité

Le projet prévoit trois types d’activités 1- des activités de sensibilisation aux secteurs et aux métiers verts visant un groupe de jeunes femmes et hommes diplômés chômeurs dans chaque délégation du gouvernorat. Les réunions avec les jeunes se terminent par la sélection de deux représentants du groupe (1f+1h) pour participer à la formation des orienteurs 2- activités de formation des 22 sélectionnés dans 09 délégations 3- une activité de stage pratique consistant à permettre aux orienteurs de revenir dans les groupes en une journée de travail sur l’agroforesterie, les énergies renouvelables, la gestion des déchets et l’écotourisme (axes de formation. Une attestation d’orienteurs leur sera alors remise.

  • Public cible
  • Le projet cible directement 242 diplômés chômeurs sélectionnés dans les 09 délégations du gouvernorat de Jendoubaselon un profil leur permettant de répercuter les informations et les connaissances acquises sur leur voisinage.

En indirect et par effet multiplicateur immédiat, nous estimons que le projet ‘’touchera’’ au moins 2420= 242*10 jeunes et au fil du temps plusieurs autres centaines de chômeurs seront informés.

  • Période d’exécution

La durée du projet est de 03 mois à partir de la date du déblocage de la subvention

  • Méthodologie suivie

La méthode d’exécution se résume a) réunir un groupe d’au moins 20 jeunes femmes et hommes diplômés chômeurs dans chaque délégation en présence des trois  membres du comité de pilotage du projet pour les sensibiliser au sujet et sélectionner deux d’entre eux pour la formation des orienteurs b) les 09 délégations et les imadas de Ben Béchir et El Bir Lakhdhar étant visitées, on organise la formation pour les 22 sélectionnés c) la dernière étape consiste à revenir dans les délégations et réunir les groupes en une journée d’application sur les quatre axes précités assuré par les deux jeunes formés. On remettra par la suite une attestation aux orienteurs et une attestation de participation aux participants.

  • Objectifs poursuivis

Les activités du projet visent les objectifs suivants :

  1. Les diplômés chômeurs sont sensibilisés au devoir de se prendre en charge individuellement ou en communauté par rapport à l’emploi.
  2. Les diplômés chômeurs ont découvert de nouveaux secteurs générateurs d’emplois décents et durables.
  3. Des opportunités de formation professionnelle adaptée à la région dans le domaine des emplois verts ont été identifiées
  4. Un groupe d’orienteurs relais dans le domaine des emplois verts est mis en place.
  • Les réalisations
  1. Description des activités réalisées

Depuis la validation du projet et en attendant le déblocage de la subvention l’équipe du projet a commencé à en parler auprès des jeunes de la région et des acteurs économiques, une véritable promotion publique a commencé. C’est le mois de ramadan, la promotion du projet s’est faite surtout la nuit dans les cafés où de longues discussions sur les affinités du projet et les besoins des jeunes en emploi ont eu lieu. La première activité du projet n’a commencé que le 15 aout 2013 au vue de la grande chaleur qui a sévi ce dernier été. Le groupe de pilotage a mobilisé les antennes locales de l’ACDNO et ses adhérents, la radio web zama Siliana, les représentations locales et régionales de l’UDC et a utilisé intensivement le téléphone pour toucher le maximum de jeunes et a dressé au cours d’une réunion un calendrier de rencontres dans les délégations et les imadas du Gouvernorat.

Entre le 15 et le 26 aout 2013 le comité a fait le tour des délégations et des imadas programmées, a rencontré les jeunes ciblés qui ont eux même choisi les deux futurs orienteurs de chaque groupe. La première étape du projet est ainsi réalisée. Quatre secteurs verts ont été identifiés après de longues discussions :agroforesterie, énergies renouvelables, gestion des déchets et écotourisme.

 1  2 3
Séance séance de sensibilisation à Fernana séance de sensibilisation à Jendouba

Une session de formations de quatre jours a été organisé à Béja les 12, 13, 13 et 14 septembre 2013 au profit des 22 jeunes sélectionnés pendant les rencontres pour clarifier ces concepts, approfondir les connaissances et découvrir quelques opportunités dans chaque domaines et la situation générale dans le pays concernant ces domaines. Ce qui a été brillamment assuré par un groupe de formateurs nationaux et experts dans les domaines ciblés choisis dans la liste des experts/formateurs nationaux du PNUD. Ainsi s’achève la deuxième partie du projet. Les objectifs visés sont réalisés.

4 5
Séance de travail en gestion des déchets Séance de travail en écotourisme
  1. Contraintes, difficultés rencontrées et solutions

Pendant la réalisation des activités plusieurs contraintes ont surgi dont particulièrement a) les diplômés chômeurs ont suivi plusieurs types de formations sans accompagnement technique et surtout financier ce qui ne les encourage pas à répondre favorablement et rapidement aux nouveaux appels à formation b) pour la région de Jendouba, un différend interne à l’UDC n’a pas permis à ses responsables locaux de mobiliser leurs adhérents comme convenu pour suivre les activités du projet c) les jeunes cibles sont des chômeurs, de nombreuses associations prévoient une ‘’bourse’’ de participation et organisent leurs activités dans des hôtels parfois de luxe en dehors de la région, transport garanti. C’est une pratique dangereuse dont les retombées sont néfastes aussi bien sur la société civile elles-mêmes que sur de nombreux jeunes qui ne voient plus dans les programmes proposés que les quelques jours de ‘’chikha’’dont ils pourraient bénéficier. Un effort considérable a été consenti par les antennes de l’ACDNO aidés par la crédibilité et l’ancrage de l’Association dans la région pour convaincre les jeunes d’assister. Le groupe de pilotage a du se déplacer plus d’une fois dans certaines délégation pour parler directement aux jeunes concernés et leur expliquer l’importance du projet et les opportunités qu’ils peuvent dénicher sur place. 201 jeunes femmes hommes diplômés chômeurs ont participé aux deux première activités réalisées sur 242 ciblés soit 83% en dépit de toutes les contraintes. Nous espérons arriver à améliorer la participation pendant la dernière étape. Nous maintenons notre position depuis la création de l’ACDNO d’organiser nos activités dans les zones concernées et d’œuvrer infailliblement à convaincre les jeunes du bienfondé de cela et de l’intérêt de leur participation à la vie publique locale et à essayer de se prendre en charge sans pour autant oublier leur droit au travail. Nous avons saisi l’occasion des journées de formations du groupe des 22 pour remédier à certaines lacunes et demander aux 22 d’encourager leurs pairs et répandre les bonnes pratiques. Des rectifications sont mises en place pour remédier à cela pendant la dernière étape du projet.

A peine nos activités ont commencé est apparu la décision du PNUD d’organiser des formations approfondies avec accompagnement technique et coaching des meilleurs projets. Nous nous sommes investis dans cette décision et nous avons obtenu la participation de nombreux jeunes aux formations du PNUD.

  1. Résultats atteints

Plusieurs résultats programmés et non programmés ont été atteints avec la réalisation de ces deux premières parties du projet nous en citons a) de nombreux diplômés chômeurs commencent à réfléchir et explorer leurs idées de projets verts b) Dans toute la région les secteurs et les métiers verts sont à l’ordre du jour c) les jeunes sensibilisés ont participé activement à la formation du PNUD sur les métiers verts d) 21 jeunes parmi les 22 ont été formés e) les jeunes sensibilisés et formés commencent à réfléchir en groupes à des activités complémentaires et demandent un approfondissement de formation surtout en écotourisme qui semble être à leurs portés et les a beaucoup intéressé f) un réseautage extraordinaire entre les participants et les différentes localités est réellement installé g) deux nouvelles sections de l’ACDNO ont été créés sur demandes des jeunes participants aux réunions locales h) une formation de trois jours (moyens propres) sur l’administration et la gestion d’une association a été organisée les 11, 12 et 13 octobre 2013 au profit des membres d’associations ayant participé aux réunions et ayons formulé le besoin et demandé à l’ACDNO de le faire pour eux.

 6  7
Séances de travail en agroforesterie Séance de travail en énergie renouvelable
  1. Leçons apprises

Dans ce genre d’activitésles leçons apprises constituent une contribution essentielle au renforcement des connaissances basé sur ce qui marche et ce qui ne marche pas et aident l’association à améliorer ses performances et ses méthodes de travail. Les leçons tirées de la réalisation de ces parties du projet se résument en :

  • La crédibilité de l’ACDNO et son ancrage dans la région ont beaucoup joué pour dépasser certaines difficultés parfois importantes.
  • La confiance qui règne entre les membres de l’Association au sein du comité directeur et entre les membres du comité directeur d’une part et les antennes et les sections locales d’autre part a favorisé la réussite dans la gestion du projet malgré les déplacements fréquents et les engagements des membres.
  • Un discours objectif, argumenté et non opportuniste est accepté volontiers.
  • Faire participer les membres de l’ACDNO et les groupes cibles à l’organisation et à la réalisation des événements est la meilleure garantie de la réussite. Ainsi les prochains programmes doivent commencer par installer des groupes d’initiatives de base.
  • L’heureuse découverte de nombreux jeunes très actifs ayant demandé à adhérer à l’association et à participer à ses activités et à créer des sections dans leurs localitésdonne des ailes à l’ACDNO dans l’avenir.
  • La transparence dans les relations est un atout très important.
  • De l’avis de tous les membres du comité de pilotage, la tenue de ces 11 réunions et des ateliers de formation a constitué une démonstration évidente de la mise en œuvre de bonnes pratiques pouvant garantir la bonne performance de nouveaux projets dans la région.
  1. Recommandations

Le suivi de l’exécution des deux premières activités et l’évaluation participative à chaud de chaque sous-activité ont permis de recueillir les recommandations suivantes :

  • Renforcer ce genre de formation et axer sur la pratique et l’esprit de groupe ; les diplômés ont besoin d’un savoir-faire sur terrain.
  • Accompagner les diplômés chômeurs techniquement et financièrement pour mettre en pratique les formations reçues. La phrase que nous avons toujours entendue est ‘’Tout le monde finance des formations mais aucun ne finance des projets concrets’.
  • Les activités menées jusqu’à maintenant ont ouverts l’appétit de certains diplômés chômeurs (qui est l’un des objectifs du projet) à aller plus loin dans ces secteurs, les 17 jeunes ayant participé à la formation des orienteurs demandent à approfondir cette formation de manière à devenir capables d’être de véritables conseillers dans ce domaine ce qui leurs ouvre la voie à monter un projet de ‘’ Conseillers en métiers verts’’.
  • Un autre groupe demande un complément de formation en écotourisme guidage en particulier.
  • L’ACDNO est prête à formuler au PNUD un projet répondant à ces demandes et propose un accompagnement financier pour un projet mettant à exécution les meilleures idées des jeunes formées par le PNUD.

En attendant la fin du projet et l’évaluation complète, l’équipe du projet remercie tous ceux et toutes celles qui ont contribué de près ou de loin à la réussite de cette partie du projet.

8
Séance de sensibilisation à Boussalem

Signé : Boujemâa Laabidi

TOP